Pion

« Quand tu danses, à quoi tu penses ? Que le ciel te laisse rêver ? »

Après Sympacide et Déluge, voici le troisième extrait de l’album à venir de Pion, soit Louis, Charles et François, tous issus des rangs des déjà cultes Blind Digital Citizen.
L’interprétation quasi messianique mêlée à un groove futuriste - la marque de fabrique du groupe qui se plaît à mélanger rythmiques psychédéliques et sonorités synthétiques ultra modernes - interpelle d’emblée . « Coca-Loca, Coca-Loca, Coca-Loca... » nous chuchote de sa voix entêtante François.

Mais Coca-Loca, loin d’être une ode au soda sucré, se pose plutôt en constat désabusé de la société de consommation. Tout en décalages et métaphores poétiques, Pion chante l’absurdité et la folie de notre monde moderne.

Le clip qui l’accompagne, réalisé par le vidéaste et graphiste Valerian 7000 déjà aux commandes de l’énigmatique vidéo de Déluge, empile les images d’archives à la manière d’un documentaire complotiste et épileptique.

« J’ai récupéré sur internet des vidéos de gens qui semblaient comme fascinés par la boisson et en faisaient une utilisation bizarre... » nous raconte le réalisateur. « Comme : boire une bouteille de deux litres en 3 minutes, arroser ses plantes, recettes débiles de pulled pork au coca, verser du coca sur des piqûres d’insecte pour apaiser la démangeaison... »

Le résultat, un hallucinant kaleidoscope d’images, se regarde comme un overdose de sucre. Et fascine, à l’image de la musique de Pion, ludique et hypnotique, dansante et cérébrale à la fois. Quand tu danses, à quoi tu penses ?


REGARDER
 


LES SUIVRE