Fishbach

 

Avec son premier album, Fishbach fait exploser un talent hors norme, qu’il est impossible d’associer à une tendance. Ses sortilèges n’appartiennent qu’à elle et suscitent d’étranges sensations.
Peut-être parce qu’elle n’affectionne rien de plus que la limite : « Je ne sais pas ce qui est le bon et le mauvais goût, avoue-t-elle. J’aime être à la limite dans la justesse de la voix, dans les sons de synthé, dans le sens des
textes ».
Elle sait d’ailleurs que certains choix de production susciteront des frissons d’aise chez certains et en surprendront d’autres : « Quand j’ai commencé à faire de la musique sur mon iPad, les seuls sons de clavier disponibles étaient stridents, frontaux, sur le fil. »
Alors, au sortir de sa première expérience de groupe – un duo punk –, elle a décidé de creuser cette direction, un chemin autarcique et têtu dans lequel elle prend à rebrousse-poil les bienséances et les clichés. 

ÉCOUTER


REGARDER


LES SUIVRE

CONCERTS